Nicolas Dulion: La France leader en immobilier d’entreprise

Nicolas Dulion: La France leader en immobilier d’entreprise

Parler de l’immobilier d’entreprise c’est faire référence à près de 800 millions de mètres carrés de locaux en France, soit plus de 400 milliards d’euros d’actifs. Il s’agit principalement d’immeubles de bureaux, de locaux d’activités, des magasins et des centres commerciaux. Ce sont des lieux d’entreprises qui abritent emplois et activités économiques. Ces lieux contribuent à l’attractivité des territoires. Le point avec Nicolas Dulion, spécialiste des questions liées à l’immobilier d’entreprise à Montpellier.

L’évolution des marchés

Les marchés sont de plus en plus segmentés. Les acteurs sont nombreux et les produits de plus en plus diversifiés. L’immobilier d’entreprise représente à la fois des espaces abrités dans des immeubles de pierres tangibles, mais aussi des actifs générateurs de revenus, sous-jacents de dettes qu’on qualifie de pierre-papier. Nicolas Dulion précise que la France est l’un des marchés immobiliers d’entreprise les plus importants en Europe.

La complexité des marchés immobiliers

Malgré leur importance économique et financière, les mécanismes des marchés immobiliers sont complexes. Ils sont souvent mal connus et l’application des théories et des modèles courant d’économie sont difficiles à appliquer sans prendre en compte les spécificités de ces biens et de ces marchés immobiliers.

Par ailleurs les marchés connaissent de fortes fluctuations depuis leur naissance à la fin des années 60. Ces années ont été marqués par d’importantes crises immobilières. Par ailleurs, les marchés ont connu d’importantes mutations avec la mondialisation et la financiarisation de l’immobilier suite à la déréglementation financière.

L’analyse économique des marchés immobiliers

En se financiarisant, l’immobilier est désormais considéré, géré et arbitré comme un actif financier parmi tant d’autres. Les modalités d’investissement dans l’immobilier se sont en outre diversifiées. En plus de la détention en direct d’actifs immobiliers, se sont développées les foncières cotées, les OPCI et l’acquisition de dettes. Selon Nicolas Dulion, si les marchés restent localisés, les acteurs sont essentiellement globalisés. Ils résonnent à une échelle internationale.